accès Campus

Témoignages


12/05/2020 - Témoignages

Laurent Nilles intervient à distance pour l’ITB

Laurent Nilles anime depuis plus de quinze ans des modules de l’ITB, dans un premier temps en Guadeloupe, puis à Reims et depuis trois ans à Marseille.
Le 13 mars dernier, il a dispensé son premier cours en distanciel.

Comment s’est passé pour vous le passage du présentiel au distanciel ?

Il a fallu rapidement prendre en main l’outil Teams. Cela a forcément généré un peu de stress sur la bonne maîtrise de l’outil, et suscité quelques interrogations sur la manière d’intéresser le groupe dans cette nouvelle configuration.
Passionné par la transformation digitale – un sujet que je mets déjà en œuvre dans mon quotidien professionnel – je me suis approprié facilement la plateforme. Pour cela, la formation du CFPB-École supérieure de la banque a été un préalable indispensable.
J’ai ensuite pris le temps de faire des essais, de me mettre en situation, d’échanger avec d’autres intervenants, de visionner des tutoriels pour connaître les différents usages qu’en font les formateurs. Devant la nouveauté, le partage d’expériences s’avère précieux.

Le distanciel vous a-t-il demandé une préparation particulière ?

La préparation est essentielle : on ne peut pas se contenter de lire le support du module. Adapter le contenu à ce nouveau mode de diffusion exige de revoir la progression pédagogique, de revisiter les séquences, de prévoir les interactions avec les apprenants. Le risque d’éparpillement est plus grand lorsque les apprenants sont seuls devant leur écran. J’ai proposé des exercices plus courts nécessitant des interactions fréquentes, à l’intérieur de séquences qui n’ont pas excédées 50 minutes.

Comment s’est déroulée votre intervention à distance ?

Afin de favoriser l’attention, l’engagement et la prise de parole de chaque apprenant, j’ai eu recours à des supports variés : padlet, vidéos, phases de brainstorming par l’animation de post-it virtuels... Je les ai sollicités pour qu’ils préparent des sujets de manière autonome. Je leur ai également adressé un quiz pour leur permettre d’aller plus loin. Après le cours, j’ai continué à les alimenter sur les sujets abordés. C’est une façon de maintenir le lien, d’ancrer les connaissances et de nourrir leur réflexion.

Quelles ont été les réactions des apprenants ?

J’ai eu la chance d’intervenir avec deux groupes dynamiques que je connaissais bien. Les retours ont été positifs. Ils ont eu l’impression de travailler de façon plus intense, plus active qu’en présentiel. Avec le distanciel, les enseignements sont très différents, plus séquencés, plus dynamiques, sans exclure la dimension ludique apportée par les différents outils digitaux.

L’expérience vous semble donc bénéfique ?

Le distanciel exige plus de concentration et d’investissement pour l’intervenant, qui doit compenser le fait de ne pas avoir la maîtrise du non-verbal et de ne pas percevoir finement les réactions du groupe.
Cette très bonne expérience va, à coup sûr, nourrir mon approche du présentiel en m’incitant à animer différemment mes interventions.
Cette période unique me semble particulièrement bénéfique pour la suite que ce soit pour les apprenants ou pour les intervenants.

Tags : Formations Intervenant Témoignages Formation en ligne Formation diplômante Entreprises Etudiants