accès Campus

Témoignages


22/04/2020 - Témoignages

Morgane Warzee, future diplômée de l’Executive Master Stratégie et Finance de l’immobilier

" C’est l’alliance des 2 parcours qui en fait la force, ils viennent se compléter avec une phase théorique et une phase plus pratique et opérationnelle."
Morgane Warzee 
Future diplômée de l’Executive Master Stratégie et Finance de l’immobilier

Pouvez-vous nous décrire votre parcours professionnel ?

J’ai fréquenté des univers professionnels différents : de l’audit qualité à la santé sociale, en passant par le secteur bancaire. Chaque expérience m’a aidée à préciser la direction que je voulais prendre et les valeurs que je souhaitais défendre. Dans ce parcours pluriel, demeurent néanmoins des constantes : l’accompagnement de l’humain, ainsi que la formation qui s’affirme comme un élément clé, qui donne du sens au métier et apporte une vraie reconnaissance au quotidien.

En ce qui concerne la finance de l’immobilier, j’ai fait mes armes au Crédit Foncier de France, d’abord au recouvrement amiable pour la clientèle sociale, puis au contentieux judiciaire pour la clientèle Investisseurs, et enfin sur la partie middle office pour le segment Investisseurs. En fin de parcours, j’ai aussi travaillé à la refonte de la relation client.

Pour quelles raisons avez-vous souhaité suivre l’Executive Master Stratégie & Finance de l’immobilier ?

En anticipation de l’annonce de fermeture du Crédit foncier, j’ai décidé de reprendre mes études. Mon responsable de l’époque m’a encouragée à suivre l’Executive Master Stratégie & Finance de l’immobilier de Sciences Po, afin d’élargir ma vision de l’immobilier. Mon champ d’action était jusqu’alors limité à la France et marqué par un organisme sans réelle problématique client.

Quelles sont selon vous les forces de ce double cursus Sciences Po Executive Education / CFPB-Ecole supérieure de la banque

C’est l’alliance des 2 parcours qui en fait la force, car les 2 volets de la formation sont en dialogue permanent. Ils viennent se compléter avec une phase théorique et une phase plus pratique et opérationnelle.

Le volet Sciences Po apporte un éclairage en sociologie, en urbanisme, en politiques urbaines, ce qui permet à l’apprenant de prendre la hauteur nécessaire pour saisir les enjeux et les impacts des stratégies immobilières à l’échelle régionale, nationale, européenne et mondiale. Il ne s’agit plus de financer pour financer, une certaine éthique est attendue aujourd’hui. C’est d’ailleurs une préoccupation qui a pris tout son sens lors de la crise de 2008. Le cursus Sciences Po apporte des outils et des techniques pour se poser les bonnes questions, même s’il n’y a pas de réponse toute faite. En effet, les choses évoluent en permanence.

Néanmoins, si une vision sociale, politique, urbaine, permet de responsabiliser les banquiers, elle ne suffit pas à entrer dans le financement de l’immobilier. La partie spécialiste du financement assurée par le CFPB donne les outils nécessaires à la mise en œuvre du financement de l’immobilier. On est dans le concret, dans l’exploration de cas pratiques. Les intervenants qui sont des professionnels extrêmement pointus dans leur domaine, apportent leur technicité, leur savoir-faire, pour pouvoir monter un dossier de financement

Votre promotion était composée de quels types de profils ?

Comme l’immobilier est partout et touche à tous les secteurs d’activités, les profils étaient très différents, ce qui donnait une belle mixité. La pluralité des regards et des approches profite à tous. Les acteurs de la promotion immobilière apportent une vision concrète de l’immobilier tandis que ceux de la finance ont une approche davantage axée sur le rendement, les taux, l’encours, les risques financiers.

J’ai fait partie d’une promotion exceptionnelle, marquée d’un esprit "coopératif/participatif" très fort ! Mon groupe était composé d’architectes, de notaires, de différents acteurs publics et privés de l’aménagement du territoire au sein de grands groupes ou dans des sphères privées - syndics de copropriétaire, agence immobilière… Côté banque : des conseillers en gestion de patrimoine, des chefs de projets marketing-communication, un responsable des engagements… Un réseau professionnel d’une grande richesse !

Quel est votre regard sur les méthodes de travail ?

La charge de travail est importante et exige un vrai engagement personnel. L’approche pédagogique apporte la structure et donne des clés pour permettre à chacun d’aller chercher l’information par lui-même. Chaque apprenant, en fonction de son expérience et de ses connaissances, doit faire l’effort de se mettre à niveau, en creusant les sujets abordés en cours. Il faut gérer le rythme de la formation parallèlement à la vie personnelle et professionnell

Comment s’est déroulée concrètement la formation ?

On bénéficie d’un solide soutien de la part de l’équipe pédagogique et d’un accompagnement de haut niveau par les intervenants. Nous avons profité, par exemple, de l’éclairage macro d’une intervenante Sciences Po spécialisée en sociologie urbaine chinoise, de l’intervention d’avocats spécialisés dans le droit immobilier. Les apports ne sont pas uniquement théoriques, la mise en pratique se fait à travers des jeux de rôles. La Learning Expedition à Londres a été également très enrichissante : Nous avons rencontrés de nombreux acteurs d’un marché en pleine effervescence !

Quelques mots sur le mémoire professionnel qui vient clore la formation ?

Il est important d’avoir réfléchi à son sujet avant de démarrer la formation. Dans ce travail personnel, on est guidé par un tuteur, mais aussi par l’équipe pédagogique Sciences Po, tout au long du cursus. Le sujet du mémoire se définit en fonction de l’orientation professionnelle qu’on souhaite prendre. Ce mémoire est un outil d’insertion professionnelle.

Tags : Etudiant Témoignages Formation CPF Entreprises Anciens élèves Etudiants