accès Campus

Actualités


11/12/2020 - Formations

Les classes virtuelles : nos intervenants vous livrent leurs conseils !

Les cycles diplômants 2020/2021 de la Formation continue ont fait leur rentrée en classes virtuelles. S’appuyant sur l’expérience menée depuis le mois de mars, en raison de la crise sanitaire, l’ESBanque a mis en œuvre un dispositif de qualité pour accompagner ses apprenants.

Deux de nos intervenants vous partagent plusieurs conseils pour réussir votre année en distanciel !

Philippe Reignard, intervenant à l’ESBanque depuis 10 ans, pour des formations comme l’ITB ou le Bachelor Pro CPA, revient sur son expérience « J’ai pris beaucoup de goût à animer en distanciel notamment en adaptant mon animation, car on ne peut pas animer en distanciel de la même manière qu’en présentiel. »

Pour Charlotte Mouradian, intervenante à l’ESBanque depuis 2011 pour le BTS Banque et dernièrement l’ITB en France et à l’International, « il est important de transmettre sa passion et son expérience en s’adaptant au mieux au distanciel. »

Conseils pour les intervenants

L’organisation des classes virtuelles en amont

Philippe « Le distanciel demande une certaine préparation. En tant qu’intervenant, nous devons repenser chaque activité et nous demander de quelle manière nous allons l’animer en distanciel. Pour cela, nous sommes accompagnés par l’ESBanque et les délégations régionales pour les modalités liées à l’animation, les outils et tout ce qui concerne la technique. »

Charlotte « Le plus important est d’anticiper. Il est important par exemple, d’arriver en avance pour s’assurer que tout fonctionne avant que le cours ne commence. Pour réadapter au mieux le contenu de nos cours, l’ESBanque nous a également partagé un guide détaillé très utile pour notre préparation et l’animation de nos journées ! »

Mise en place de règles de vie du distanciel

Philippe : « J’indique les règles de vie liées au distanciel dès le début de la journée sur Teams. J’encourage les apprenants à utiliser prioritairement le chat pour communiquer et échanger. Il faut faire vivre ce canal d’échanges tout au long de la journée et susciter les réactions : demander aux apprenants de poser des questions et les faire réagir aux réponses avec les emojis par exemple. »

Charlotte : « Les règles de vie sont nécessaires pour le bon fonctionnement des classes virtuelles. Je les partage donc aux apprenants avant de débuter le cours. Ce que je préconise c’est de couper son micro dès lors qu’on n’intervient pas, de ne pas couper la parole, et également d’activer sa caméra quand on souhaite intervenir. Pour interagir durant la journée, il y’a le chat. Nous nous devons de le suivre tout au long de la journée pour pouvoir répondre aux différentes questions au fil de l’eau. Mon astuce est de me connecter au chat directement depuis mon téléphone pour pouvoir interagir simultanément à l’oral ».

L’organisation de la journée de cours en distanciel

Philippe « Il faut faire en sorte de bien rythmer le déroulement de la journée. Par exemple, il ne faut pas dépasser 7 heures d’animation en distanciel et faire des séquences de 1H30 à 2h00 maximum avec des pauses régulières. Je recommande également aux intervenants de communiquer aux apprenants sur les activités en cours. Pour cela, il ne faut pas hésiter à partager des documents directement à l’écran ou sur le chat, mais aussi d’expliciter le timing et ce que nous attendons d’eux. »

Charlotte « Il est primordial d’instaurer une dynamique d’animation lors des classes virtuelles. Nous alternons temps de travail collaboratif en sous-groupe via Teams ou d’autres outils collaboratifs et restitution des travaux en présence de l’ensemble des apprenants. Nous devons mettre en place des debriefings encore plus détaillés qu’en présentiel pour s’assurer que les apprenants repartent bien avec les notions clés. »

Les méthodes d’animation

Philippe : « L’animation en distanciel est différente pour l’intervenant, car la communication non-verbale est forcément différente dernière un écran, on ne va pas forcément voir les apprenants réagir. Il faut donc donner du rythme tout au long des heures d’animation. Il faut solliciter les apprenants et encore plus leur donner la parole que pour le présentiel. Cela nous est facilité par les outils de la plateforme comme le micro ou la caméra. Par exemple, il est intéressant de les faire réagir par rapport à une vidéo ou une image et ensuite partir de leur remarque pour intervenir à la fin, en complétant, et en leur apportant une nouvelle approche.

Charlotte : « Il faut captiver les apprenants tout au long de la journée : savoir poser sa voix, adapter son ton, bien reformuler, être dynamique et bien évidemment sourire ! Comme nous sommes à distance, il ne faut pas hésiter à les interpeller via le chat pour les faire participer ».

L’accompagnement des apprenants

Philippe : « Le distanciel demande plus de concentration tant pour l’intervenant que pour l’apprenant. L’intervenant doit donc pouvoir s’adapter et faire participer les apprenants au maximum. Une fois qu’un apprenant a réagi, je lui demande ensuite « à qui souhaitez-vous passer la parole ? » pour donner un côté plus dynamique au cours. Nous devons aussi varier les outils que nous utilisions : Wiki, Google Forms. Et laisser le choix aux apprenants de la forme où ils se sentent le plus à l’aise pour la restitution (mind mapping, oral, écrits...) »

Charlotte : « Nous devons miser sur la technologie pour pouvoir travailler avec nos apprenants et ainsi maintenir le lien. Nous continuons de travailler en sous-groupe, mais de manière différente : nous utilisons par exemple WhatsApp et Wiki pour échanger en complément de Teams et rester connectés. Le distanciel n’a pas fait perdre l’essence de la formation, bien au contraire cela permet de s’adapter au monde qui change et d’être agile ! »

Tags : Formations Formation diplômante Etudiants